Histoire de Talmont sur Gironde

Jusqu’au Moyen Âge, Talmont et ses environs forment une vaste zone marécageuse soumise aux marées.

Edward-Ier-roi-angleterreC’est en 1284 que le roi d’Angleterre, Edouard 1er, achète la châtellenie de Talmont et entreprend de faire reconstruire la petite cité.

Dès 1293, Talmont revient dans le giron français et connaîtra une convoitise incessante.

Dans les années 1440, Talmont devient même une base de piraterie, à partir de laquelle les bateaux de passage sont pillés ou rançonnés.

En 1492, le roi Charles VIII entreprend de faire relever les fortifications qui avaient été détruites pendant la guerre de cent ans.

Dès 1563, Talmont est prise par les protestants au moment des guerres de Religion, puis aussitôt reprise par les catholiques.

En 1651, le prince de Condé, opposé au pouvoir royal, remet Talmont entre les mains des troupes espagnoles, avec lesquelles il s’est allié. L’année suivante, les troupes du roi de France mettent le siège devant la cité que les Espagnols abandonnent après avoir démoli les fortifications.

En 1706, l’ingénieur du roi Claude Masse fait relever une partie des fortifications et en conçoit de nouvelles.

Tout au long du 18e siècle, Talmont va connaître une véritable renaissance, grâce à ces atouts, notamment son port.

En 1781, les marais de Talmont, d’Arces et une partie de ceux de Meschers sont desséchés afin d’être mis en culture.

Port de TalmontLes guerres révolutionnaires et impériales, avec le blocus continental, mettent à mal la prospérité portuaire et commerciale de Talmont. Même si son port est aménagé en 1838, comme beaucoup de ports. La population se tourne alors vers l’agriculture et l’artisanat. La commune décline tout au long du 19e siècle.

En 1917, pendant la première guerre mondiale, les américains choisissent Talmont pour aménager un port militaire. C’est à cette période que le petit îlot nommé « rocher du sphinx  » est dynamité.

Dans les années 1920, PaulMétadier, maire de Talmont, prévoit la création de grands capables d’accueillir des navires imposants, ainsi qu’une station pétrolière au Caillaud, complétée par une immense gare de triage et des entrepôts dans les marais. Le projet sera abandonné.

En 1930, quelques pêcheurs s’adonnent à la pêche à l’esturgeon, à l’instar de ce qui se pratique plus au sud, à Mortagne et surtout à Saint-Seurin-d’Uzet. Dans le même temps, beaucoup de Talmonais se livrent sur les rochers, à marée basse, à la pêche aux huîtres ; des huîtres portugaises introduites en 1868, à la suite du naufrage d’un bateau en provenance du Portugal qui s’était mis à l’abri dans l’estuaire durant une tempête.

Tamont en ruineEn 1944-1945, durant les événements de la Poche de Royan, Talmont est en première ligne face à Meschers, première position encore tenue par les Allemands. Des tirs sont échangés dans les marais, et des obus endommagent des maisons. En novembre 1944, la population civile est évacuée.

Au début des années 1960, après une nouvelle campagne de restauration de l’église et de ses murs de soutènement, une promenade pour les touristes est créée tout autour du promontoire, l’église est mise en lumière, et de nouveaux commerces s’installent à l’entrée du village. En 1966, est créée, pour la seconde fois, une Société des amis de Talmont, qui ouvre un musée d’histoire locale et de la pêche en 1976.

Aujourd’hui, Talmont est devenu un lieu touristique majeur, recevant plus de 500 000 visiteurs chaque année.